USAP/LECEISTER

L’USAP frôle l’exploit

Perpignan est passé tout près de l’exploit samedi lors de la 3e journée de la Coupe d’Europe face aux champions d’Europe, les Anglais de Leicester, en s’inclinant 31 à 30.

Thierry Lacroix, auteur de tous les points catalans, a pourtant eu à deux reprises la victoire au bout du pied dans les arrêts de jeu. Cette défaite hypothèque désormais les chances de qualification des Perpignanais pour les quarts de finale, avec deux défaites et une victoire, à l’issue des matches aller.

Par contre, Leicester entrevoit tranquillement la phase finale avec un troisième succès en autant de matches et égale même le record de victoires en Coupe d’Europe (9), détenu par Brive (1996-98). Décidés à ne pas regarder jouer les champions d’Europe, les Catalans se lançaient dans la bataille. Trop puisque Stimpson ouvrait la marque sur une pénalité d’entrée (3). Mais dès le renvoi, Lacroix répondait au duel des horlogers-buteurs (4).

Les Perpignanais enflammaient la défense adverse, poussant les Anglais à la faute. Lacroix ne se privait pas pour donner l’avantage aux siens (7). Les Tigres lançaient alors l’artillerie lourde imposant un combat d’avants, malgré l’absence de leur capitaine et deuxième ligne Martin Johnson. Un moment sur le reculoir, les Perpignanais repartaient à tire d’aile, avec un drop de Lacroix à la conclusion. Mais après deux échecs, dont un de 30 mètres face aux poteaux, Stimpson, de son pied droit, égalisait (9-9 à la 28e). Malgré les bonnes intentions de l’USAP, cette première période était réservée aux buteurs. A ce jeu, Lacroix avait le dernier mot de la première période, donnant l’avantage aux siens (18-15) juste avant la pause.

Au retour des vestiaires, le N.8 Murphy et Lacroix perçaient mais tombaient sur le deuxième rideau défensif anglais, laissant les buteurs en découdre. Mais au moment où l’ouvreur international creusait l’écart (27-15 à la 55e) et où la machine anglaise semblait se dérégler, Booth aplatissait dans l’en-but des “Sang et Or” (68), bien servi par Stimpson, qui redonnait même l’avantage aux visiteurs (28-27 à la 73e). Pas découragés, les Catalans repartaient à l’attaque, à l’image de Souverbie, repris juste avant la ligne d’en-but. Mais le pied de Lacroix était encore là pour redonner l’espoir au public d’un stade Aimé-Giral dans tous ses états. Mais dans les arrêts de jeu, Stimpson ne ratait pas l’occasion d’une septième pénalité, scellant le score malgré les ultimes tentatives de Lacroix de 40 mètres.